www.piecesauto24.com

Faites vous connaitre !

Cet emplacement publicitaire est disponible à la location, contactez nous !



Tapez un mot clé (exemple : TDI, Pajero...)


Inscrivez-vous à notre newsletter
Adresse email :
Format :
Inscription
Changer de format
Désinscription


Derniers essais Toyota


Dernières fiches techniques Toyota


Accueil 4rouesmotrices > Essais routiers > Toyota > Toyota Land Cruiser FZJ71

Librairie Toyota


Toyota Land Cruiser FZJ71 : Essai

C'est dans les vieux pots...
Texte et photos Manu Bordonado

Toyota Land Cruiser FZJ71

Il y a un vrai charme à rouler dans un vieux 4x4… Mais on en vient souvent à rêver de quelques chevaux en plus, d’un meilleur état d’entretien… Et puis, nous sommes tombés sur une rareté : un FZJ71. Une drogue. Dure.

En terme de Land Cruiser, un petit court de sémantique est parfois utile. Rappelons que ces 4x4 sont produits depuis plus de 60 ans, et que pour différencier ses modèles Toyota utilise des matricules composés de chiffres et de lettres, voir notre guide des Land Cruiser. Si nous nous en tenons à ce guide, le FZJ71 est donc motorisé par un 6 cylindres à essence, monté dans une caisse de la série 70. Dit comme ça, cela promet d’être ludique non ?

Toyota Land Cruiser FZJ71

Il faut dire que la série 70 est sans doute la plus diffusée, puisque produite depuis 1984 et… toujours commercialisée ! Sur notre marché, c’est également le modèle de Land Cruiser le plus souvent rencontré dans les sorties tout-terrain. Mais chez nous ce sont des versions diesel, simplement suffisantes (KZJ70 et 73) ou sous-motorisées (LJ70 et 73). De quoi rêver d’autre chose, face à la difficulté… Le rêve est ici exaucé. Nous voilà face à un FZJ71, motorisé par conséquent par le moteur 1FZ. Vous savez, un truc de mec raisonnable : un 6 cylindres en ligne à essence. Raisonnable, mais avec tous ses accessoires : les 24 soupapes, les gros marmites totalisant 4.5 litres… Suffisant, quoi ! Et pour avoir une fiabilité légendaire, il n’a pas été poussé. Pas du tout.

Comme il n’a pas été poussé et qu’il a des pistons gros comme ça, notre moteur a du couple. C'est ce qu’il faut sur un 4x4. Avec environ 38 mkg, on peut dire qu’on n’a pas été volé et qu’on ne manquera de rien ! La puissance, en fonction des millésimes et des homologations, est annoncée à 210, 224 et 240 chevaux. Comment savoir ? En prenant son volant ! Tout d’abord, il faut qu’on vous dise 2-3 choses sur ce véhicule. Jamais importé par Toyota en Europe, ce Land Cruiser est un modèle produit en 2005 et destiné aux émirats. Le niveau d’équipement en découle, et il faut reconnaitre qu’il ne correspond pas forcément à ce que l’on a l’habitude d’avoir : c’est carrément inférieur à ce que nous offraient les LJ et les KZJ70/73 il y a plus de 15 ans !

Toyota Land Cruiser FZJ71Toyota Land Cruiser FZJ71
Toyota Land Cruiser FZJ71Toyota Land Cruiser FZJ71

En fait, les seuls éléments de luxe à bord, ce sont la direction assistée, le radiocassette, la montre à quartz et la climatisation. Ceci est une liste totalement exhaustive ! Déjà pour déverrouiller la voiture, il faut en faire le tour car il n’y a pas de condamnation centralisée. Heu… Mais les vitres ? Oh elles descendent effectivement, mais avec de belles manivelles. La porte parait du coup bien vide… Ah mais oui, c’est parce qu’il n’y a pas non plus ni accoudoir ni vide-poche ! Sur notre modèle d’essai, le propriétaire a été obligé d’ajouter lui-même des vide-poches inexistant à l'origine… Obligé de faire du tuning !

Toyota Land Cruiser FZJ71

Il n’y a pas non plus d’antenne électrique, de feu antibrouillard arrière, ou même de compte-tours. Là aussi, c’est le propriétaire qui en a rajouté un. Le vide-poche central a aussi disparu d’ailleurs : il a été remplacé par une banquette, pour pouvoir monter à 3 personnes devant. Qui s’ajoutent aux deux banquettes latérales de coffre, faisant de ce châssis court un authentique 7 places ! A noter un détail, bien agréable à l’usage : des vitres de custodes entrebaillantes, sur les portes avant. Esthétiquement en tout cas, il est splendide. Le charme des lignes d’un 4x4 à l’ancienne avec ses chromes, ses belles jantes alu, son gros pare-choc avant intégrant le treuil électrique d’origine, son logo Toyota en bout de capot, sa grosse calandre chromée, ses logos 4500 et 24 valve… Ce FZJ71 a vraiment quelque chose en plus par rapport aux LJ et KZJ70/73 habituels, non ?

Toyota Land Cruiser FZJ71

Moteur. Ca démarre sans préchauffage, instantanément et… Ca ne fait pas de bruit ou presque. Juste un petit ronronnement sous le capot, étonnamment discret. On n'a pas l'habitude... On comprend l’utilité du compte-tours rajouté : vérifier que le moteur tourne ! Bon, notre FZJ71 n’a que 25.000 km, ça aide aussi. La conduite est un mélange de plusieurs sensations, rarement mixées. Une direction très assistée, un moteur onctueux, coupleux, élastique, mielleux mais silencieux… Mais une boite lente et dure comme Toyota sait les faire, et un inconfort vite évident. Il faut se souvenir que le châssis est dérivé de celui des BJ70 : châssis séparé, essieux rigides évidemment, et empattement très court. Grand luxe, les lames du train avant ont été remplacées par des ressorts hélicoïdaux lorsque le FZJ70 est devenu FZJ71. On imagine ce que ça devait être ! Comme le dit le propriétaire, ça ne sera pas nécessaire de changer les amortisseurs pour faire du raid ou une course : ceux d’origine sont bien assez durs pour ça !

Toyota Land Cruiser FZJ71

Le véhicule se conduit sur le couple. Et il n’en manque pas. Lorsqu’on décide de tirer un peu sur le moteur, celui-ci réveille ses 24 soupapes ainsi que les occupants de l’auto. Ca pousse velu, comme on dit ! Mais attention : le freinage n’a pas suivi l’évolution et n’est pas bien loin de celui du BJ70 : freins à disques seulement à l'avant, et d'antiques tambours derrière ! On met toujours des tambours sur des 4x4 châssis court de 224 chevaux, sinon c'est pas drôle... Le châssis court d'ailleurs, associé aux lames et au différentiel arrière à glissement limité, peut offrir au conducteur quelques figures plus ou moins improvisées. Et difficilement contrôlables car la direction est à la fois imprécise et démultipliée ! Bien évidemment, il n’y a ni ABS ni ESP, c’est une voiture pour les vrais hommes qui n’ont pas peur…

Toyota Land Cruiser FZJ71

En tout terrain par contre, c'est une vraie arme. Châssis court, angles bien dégagés, bonne garde au sol, associés à une motricité intéressante grâce aux essieux rigides et à un efficace différentiel arrière à glissement limité. En prime, le treuil d’origine permet de se sortir d’un mauvais pas ! En option, Toyota propose même les blocages de différentiel avant et arrière. Le FZJ71 se transforme alors l'arme fatale… Sur piste, le résultat est différent. Le châssis est très très court ! Donc ce Land Cruiser est vraiment TRES maniable, pour ne pas dire que c’est un formidable jouet pour qui sait s’en servir, mais un peu instable. Là aussi, l’amortissement est plus adapté à la grosse arsouille entre potes qu’à la balade dominicale avec les gens du club 4x4 local !

A l’achat le FZJ71 est… Oubliez. Il n’est rien du tout, vous n’en trouverez pas en France. Cette GTI qui s’ignore n’a jamais été importée chez nous, si ce n’est au compte-goutte par quelques spécialistes. D’après le propriétaire, il y en aurait moins d’une dizaine en circulation dans l’hexagone… Celui de notre essai est à vendre, c'est sans doute l'occasion de se payer un objet unique !

Toyota Land Cruiser FZJ71

Ce Toyota Land Cruiser FZJ71 offre les performances et les avantages d’un 4x4 récent (entretien, anticorrosion) mais en offrant le charme et les sensations oubliées des 4x4 à l’ancienne : un drôle de rodéo en conduite rapide, et un sacré coup de cœur pour nous !

Vos réactions au Toyota Land Cruiser FZJ71 sur le forum

 

Bookmark and Share


Toyota Land Cruiser FZJ71 : Fiche technique
Caractéristiques techniques
Marque : Toyota
Modèle : Land Cruiser FZJ71
Années de production : 2000-2008
Type du moteur : 6 cylindres en ligne
Energie : Essence
Disposition du moteur : Longitudinal avant
Alimentation : Injection électronique
Suralimentation : -
Distribution : Double arbre à cames en tête
Nombre de soupapes : 4 par cylindre
Alésage & Course : 100.0 x 95.0
Cylindrée : 4477
Compression : 9.0
Puissance : 224 ch à 4600 tr/min
Couple : 38.1 mkg à 3600 tr/min
Boite de vitesses : 5 rapports
Réducteur : Série
Puissance fiscale : -
Transmission : 4x4 enclenchable
Différentiel avant : Libre, option blocage
Différentiel central : Non
Différentiel arrière : Glissement limité, option bloc
Antipatinage : Non
ESP : Non
Direction : A billes, assistée
Carrosserie : Break 3 portes 7 places
Longueur : 407 cm
Largeur : 169 cm
Hauteur : 194 cm
Coffre : 0 litres
Garde au sol : 215 mm
Pente franchissable : -%
Angle d'attaque :
Angle central :
Angle de sortie :
Dévers maximal :
Gué : 0 mm
Cx : -
Suspensions avant : Essieu rigide, ressorts hélicoïdaux
Suspensions arrière : Essieu rigide, lames
Freins avant : Disques
Freins arrière : Tambours
ABS : Non
Pneus avant : 7.50 R16
Pneus arrière : 7.50 R16
Poids : -
Poids tractable : 0
Performances
Poids/Puissance : 0
Vitesse : -
0 à 100 km/h : -
400 mètres DA : -
1000 mètres DA : -
Consommations
Sur route : -
Sur autoroute : -
En ville : -
En tout terrain : -
Moyenne : -
Reservoir : 90 L
Autonomie autoroute : -
Emissions de CO2 : 0 g/km
Prix & équipements
NB d'airbags : -
Climatisation : Série
Prix de base : Non importé
Services
Assurez la
Financez la
Achetez la sous enchères
Donnez votre avis
ici

Liens

Avis des internautes
Neira Renato
Modèle concerné : Toyota Land Cruiser FJ40
Note : 9/10
c'est un bon voiture, j'ai un FJ40 et il est 1964
mon francais ce nes't pas tres bon
mais j'aime mon voiture
bien?
au revoir
kais
Modèle concerné : Toyota Land Cruiser FJ40
Note : 9/10
Après avoir fais connaissance avec le BJ 40 lors d'un travail en amazonie, je suis restée conquise par le caractère indestructible de ce véhicule, qui peut se réparer avec trois bouts de ficelles. Ai depuis acheté un FJ40 au Canada, où j'ai eu l'occasion de rouler quelques milliers de kilomètres dans cette inimitable couscoussière préhistorique, dont 600.... sans embrayage. Le maitre cylindre (d'origine) ayant rendu l'ame après 30 ans de loyaux services, il est encore possible de rouler "décontracté" jusqu'au concessionnaire Toyota "le plus proche".
Sous ses allures de boites de petit poids montée sur 4 énormes chamallows, le FJ40 est un 4*4 néanderthalien capable, lorsque bien entretenu, de ronronner aussi souplement qu'un véhicule acheté neuf la veille.
Un peu sujet à la rouille, certes, mais FIABLE!!!!